Aller en bas

Re:

Message  June Valmore le Sam 27 Juin - 13:42

Le 6 Juin... premier des trois jours de transformation de la pleine lune...

Comme à chaque fois, June prétextait devoir aller travailler, afin de s'éclipser dans le parc non loin de la cité universitaire. Mais ce mois-ci, comme le mois précédent, une nouvelle pensée venait la perturbait. Où allait se réfugier ce cher Arpenteur dont elle avait fait la connaissance en Avril? Sûrement près de chez lui... Cela l'aurait bien étonné de le croiser dans le parc ce soir...

La nuit était presque tombée. La lupine balaya du regard l'étendue verte, observant un peu plus les lieux tapis dans l'ombre, notamment au niveau où les arbre était d'avantage regroupés, ainsi que vers la voie ferrée...


[ Jet de dés : Sens intensifiés -> Echec critique.]

... mais elle ne remarqua strictement rien. Elle s'avança encore plus dans le parc, se dirigeant vers l'endroit où elle avait l'habitude de se cacher. Aux premières lueurs lunaires, la malédiction du sang se mit en action. Voilà que son ossature se mit à craquer, à se déformer, pour prendre des proportions inhumaines. Son visage se transforma, s'allongea, prenant des traits de loup assez fins. Sa peau se couvrit du pelage noir, au reflet argenté.



Heureusement qu'elle avait ôté par précaution ses vêtements, car ils auraient entièrement été déchiquetés.


**Bon... et bien... plus qu'à attendre le levé du jour... Heureusement que les nuits sont courtes en été...**

Et heureusement surtout qu'elle avait mangé avant de partir. Cela lui éviterait de devoir courir après quelques bestioles et de se faire remarqué.
avatar
June Valmore
Lupin Furie Noire
Lupin Furie Noire

Nombre de messages : 102
Age : 31
Age du personnage : 22 ans
Date d'inscription : 29/03/2009

Feuille de personnage
XP:
10/100  (10/100)
Disciplines acquises:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re:

Message  Carmen Bianconi le Dim 28 Juin - 23:51

Cela faisait un peu plus d'une demi-heure que Carmen méditait dans un coin reculé de ce parc qu'elle avait repéré pour sa tranquilité. En effet, contrairement aux autres, il n'y avait plus de passage une fois la nuit tombée. Arrivée depuis peu à Paris, elle sentait le besoin de revenir vers la nature, mais aussi celui de se purifier, comme elle en avait pris l'habitude depuis longtemps. Cela faisait trois jours déjà, qu'elle ne buvait que de l'eau de source (dont une bouteille était posée près d'elle) et s'efforçait de ne plus penser à toutes ces tentations qui foisonnaient dans cette grande ville. A trop goûter de-ci, de-là (sans jamais tuer, bien sûr) de tous ces gens trop bien nourris et au sang sucré, elle en avait perdu le sens de la pureté.
Sa pratique du Zen datait d'avant son étreinte et elle avait même suivi un maître au Japon. A présent, elle formait un tout avec ce qui l'entourait. Elle avait fait abstraction des distractions apportées par le vent, bruits ou odeurs, et sentait la vie des arbres et des plantes, les deux chats sur sa droite, les oiseaux endormis dans les branches au-dessus d'elle. L'harmonie. La douceur. LA NATURE !!! Elle y aspirait du plus profond d'elle-même et avait douté pouvoir la retrouver en plein Paris.

*quoi ? ce craquement... ???*
La jeune femme sorti vaguement de sa méditation, entrouvrit les yeux et posa son regard un mètre devant elle, les paupières mi-closes...
*encore des craquements... pas envie de sortir de ma méditation...*
Elle voulut s'imposer un retour au calme, mais son instinct se réveilla d'un coup, faisant sauter les dernières bribes d'harmonie qui lui restait. Carmen prêta attention à ce qui se passait autour d'elle, mais ne distingua rien. A présent, il n'y avait plus un bruit. Elle pencha la tête à droite, ferma les yeux, les rouvrit, mais sans succès. Elle ne bougeait toujours pas. Son instinct hurlait quelque chose en elle, mais si fort qu'elle ne l'entendait pas. Elle décida de prendre sa flute près d'elle et de jouer un air doux, afin de rétablir le lien qui venait de voler en éclat. Le son un peu sourd de son petit shakuhachi ne suffit cependant pas à apaiser son instinct : elle allait devoir se lever et vérifier de visu ce qui se passait autour d'elle. Elle se leva donc lentement, comme à regret, et fit tomber un trisquel. Elle plia ses genoux et ayant pris l'objet dans sa main gauche, le porta à son coeur. Les souvenirs revenaient... la rencontre avec cet homme à l'accent irlandais (comme son Sire !), qui aimait rire, boire et chanter, comme elle, qui aimait les contes et les légendes et en connaissaient tant et tant ! une nuit, après avoir fait la fête dans un Fez Noz a en être quasi épuisé, il avait brutalement disparu. Craignant pour lui, elle l'avait poursuivi et découvert son secret. Terrifiée, elle était restée là, plantée devant lui, sans pouvoir faire un seul geste...
*comment, lui, mon ami ? il m'a caché cela ?*
Il avait simplement répondu : "j'ai deviné ta terreur des miens, alors, j'ai gardé mon secret pour que nous restions encore un peu ensemble... Mais toi non plus, tu ne m'as pas tout dit."
Incapable d'articuler quoi que ce soit, elle avait pensé *et maintenant, nous allons nous éviter soigneusement, pour ne pas nous battre, n'est-ce pas ? tu sais que je suis un Gangrel...*
c'était rassurant pour elle d'appartenir à ce clan plutôt qu'à un autre, surtout face à un lupin de cette taille, si noir qu'on le distinguait à peine dans la nuit, aux yeux si verts qu'ils transperçaient comme des aurores boréales. Elle crut bon d'ajouter, au cas où... *Ennoia...*
Il disparut. Par chance, c'était un membre du clan Fianna et Carmen pensa que c'était la raison pour laquelle ils s'étaient rapprochés tous les deux. Jamais personne ne devrait apprendre cela. Une semaine plus tard, ils se retrouvèrent au sommet d'une colline et chantèrent à tue-tête leurs exploits respectifs, s'accompagnant elle de sa petite flute irlandaise, lui de sa harpe. Elle baissa la tête et remit le bijou dans la poche de sa veste en jean... elle était ici, maintenant, pas dans les bois ! au fait, pourquoi était-elle sortie de sa méditation déjà ? ah, oui... les craquements...

*bon, de toutes façons, je ne serais jamais tranquille dans cette ville, vaut mieux m'y faire...*
Carmen marcha tranquillement vers la sortie, vers la rue, vers le bitume et le béton... *fini la récré...*
avatar
Carmen Bianconi
Nouveau né Gangrel
Nouveau né Gangrel

Nombre de messages : 19
Age : 52
Age du personnage : 44 ans.
Age vampirique : 18 ans (étreinte en 1992).
Humanité : 9/10

Date d'inscription : 10/06/2009

Feuille de personnage
XP:
0/0  (0/0)
Disciplines acquises:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum